Deutsche version hier
English version here

L'histoire de l'éleve de Jersey

L'occupation par les allemands de Jersey dans les iles de la Manche

Brian Read as a boyJ'étais un éleve de 12 ans a Jersey en juin 1940. Nous vivions au bord de la mer dans la ville de St Helier, la capitale de Jersey, une petite ile de la Manche a environ 20 kilometres de la cote de France. Les gens y parlent pour la plupart anglais mais l'ile a son propre gouvernement et ne fait pas partie du Royaume-Uni.

Lorsque les allemands occuperent la France en juin1940 les habitants de Jersey penserent d'abord que les allemands ne seraient pas intéressés par une ile aussi petite et que de toute facon elle serait défendue par les forces britanniques.
Paris se rendit aux allemands le 14 juin 1940. Quelques jours plus tard le gouvernement britannique décida de ne pas défendre Jersey.

Environ 40 petits bateaux furent envoyés dans l'ile le 21 juin et environ 10 000 personnes sur une population de 60 000 quitterent leurs maisons et traverserent la Manche. La plupart débarquerent a Weymouth. Ils ne possédaient que tres peu d'argent, avaient des valises avec seulement quelques possessions, et nulle part oú aller. Beaucoup furent mis dans des trains par des fonctionnaires de gouvernement et envoyés dans des villes du nord de l'Angleterre. Le 1er juin 1940 un avion de guerre allemand laissa tomber sur Jersey trois copies d'une lettre écrite en allemand. La lettre disait que l'ile serait attaquée a moins que des croix blanches ne soient peintes dans la place principale et que des drapeaux blancs ne soient agités des immeubles.

Mon pere travaillait pour la poste. On dit aux employés de la poste qu'un bateau arriverait pour les emmener mais aucun bateau n'arriva.

Je me souviens d'avoir entendu parler des lettres allemandes demandant les drapeaux blancs. Certains pensaient qu'il était suffisant de mettre des drapeaux blancs seulement sur les gros immeubles tels que les églises et les écoles mais beaucoup de personnes craignaient qu leur maison ne soit attaquée si elle n,arborait pas un drapeau blanc. Ma mere suspendit un drap en dehors de la fenetre. Il faisait beau et le temps était ensoleillé.

Habituellement, par un temps pareil, de nombreux vacanciers britanniques se trouvaient sur les plages et en ville mais ce 1er juillet il n'y avait pratiquement personne dans les rues. Je me souviens d'avoir marché jusqu'au centre de la ville pour rendre visite a mon ami Ronald mais lorsque j'atteignis la maison je trouvais les rideaux tirés et personne a l'intérieur. Une femme dans la maison opposée ouvrit sa fenetre et cria "Ils sont tous partis. Ils ont évacué".

Je retournais en courant vers ma maison mais alors que je dépassais un grand hotel (appelé l'Ommaroo) , un taxi s'arreta et trois soldats allemands portant des fusils et un autre kit en sortirent et entrerent dans l'hotel! C'était la premiere fois que je voyais un soldat allemand. Curieux de voir ce qui arriverait j'attendis sur le trottoir opposé a l'hotel. D'autres taxis arriverent. Ils provenaient de l'aéroport. D'autres soldats entrerent dans l'hotel. Aucun ne m'adressa la parole.

J'allai a la maison, en disant tres fierement a ma mere que j'avais vu des soldats allemands. Mais elle resta a l'interieur en disant qu'elle ne voulait en voir aucun. Plus tard ce meme apres-midi mon pere rentra du bureau de poste. Il était de mauvaise humeur. "Nous sommes tous allemands maintenant" dit-il. "Dieu seul sait ce qui va nous arriver. Ils ont coupé toutes les lignes téléphoniques vers l'Angleterre". Il dit a ma mere et a moi que trois officiers allemands étaient venu au bureau de poste durant l'apres-midi et étaient allés dans la piece dans laquelle il travaillait avec les téléimprimeurs( machines utilisées pour envoyer des télégrammes).

"They were very polite and shook hands with us when they came in," he told my mother. "But we had to do what they said as they were all carrying guns." My father had been told that he must disconnect all the machines. At the same time all the telephone lines to England in the telephone exchange were cut. From now on nobody in Jersey was able to telephone outside the island or to send any kind of message out of the island.

Brian Ahier Read
17 Septembre 1997

Vous pouvez poser vos questions a Brian en cliquant ici pour lui écrire.


Stories Map Food ELDERS