Lien vers la version anglaise
Deutsche version hier

L'histoire d'Ernest

La vie sous l'occupation russe

Photograph of young Ernest Comme Lotte Evans (L'ELEVE DE VIENNE), j'ai passe les annees de guerre a aller a l'ecole a Vienne en Autriche. Je suis ne en 1931. Notre partie de la ville, comme tout Vienne, a ete envahie par les Russes en Mai 1945 et ensuite occupee par les britanniques. Contrairement a l'Allemagne de l'est, l'Autriche n'avait pas de gouvernement communiste meme dans le secteur occupe par les Russes. Cela rendait le controle tres difficile pour les Russes et fut sans doute la raison qui leur fit accepter un retrait definitif de leurs troupes de ce pays.

La plus grande partie de la "restoration de la societe" apres la guerre etait due a l'impact economique du "plan marshall" et , dans le cas de l'Autriche, a la capacite du Bundeskanzler (equiv. du premier ministre) Figl a tenir la boisson dans les concours de vodka pendant les negociations avec les diplomates russes !

Les troupes en premiere ligne etaient l'elite de l'armee sovietique. Elles semblaient etre efficaces, disciplinees , elles ne pillaient pas et ne violaient pas comme cela etait l'habitude, et elles etaient tres genereuses avec les civils, partageant leurs rations militaires, leur tendant des bols de soupe etc. de leur campement vers les rues.

Ces troupes penetrerent bientot plus profondement dans la ville et furent remplacees par les troupes russes "ordinaires" , qui etaient differentes en de nombreux points.

Les soldats russes etaient bien plus "humains" que les soldats allemands lorsqu'ils occcupaient un territoire etranger. Par exemple, il y avait un couvre-feu pour les civils jusqu'a neuf heures du matin. A 5 heures du matin, nous avions l'habitude de sortir dans les rues et de faire la queue a la boulangerie afin d'obtenir du pain. Si les soldats allemands avaient decrete un couvre-feu et trouve des gens dans la rue, ils les auraient descendus. Les Russes seraient venus et auraient demande ce qu'on faisait mais ne nous auraient plus ennuyes une fois qu'ils avaient vu qu'on cherchait seulement a obtenir de la nourriture.

La plupart des traitements bienveillants des civils a Vienne et en Autriche etait due au fait qu'on leur avait dit qu'ils liberaient l'Autriche plutot qu'occupaient l'Allemagne elle-meme. On nous a dit que les russes agissaient avec beaucoup moins de retenue en Allemagne meme.

La plupart des civils qui avaient un passe nazi soit avaient fui ou soit etaient assez intelligent pour bruler ou retirer toutes les photos d'Hitler, les Swastikas (croix gammees) etc. de leurs appartements ou de leur bureau , avant que les troupes russes ne les trouvent. Chaque fois que les Russes trouvaient des preuves d'emblemes nazis, ils les detruisaient et faisaient des recherches plus approfondies.

Nous decouvrimes bientot que les chefs des soldats n'etaient pas leur officiers mais plutot les "commissaires politiques" qui accompagnaient l'armee. Ils etaient aussi en uniformes mais on pouvait facilement les distinguer des soldats ( Je pense qu'ils avaient un bandeau rouge sur leur casquette, mais je ne suis pas sur de mes souvenirs a ce sujet.) En tout cas, ils etaient l'autorite reelle. Laissez moi vous relater deux exemples de ce qui s'est passe :

  • Alors que je venais de quitter mon appartement, un soldat russe en bicyclette arriva, me donna rapidement le velo et s'en alla. Une minute plus tard, un commissaire arrivait au coin de la rue. Le soldat etait tres astucieux de se debarasser du velo quand il l'a vu approcher.

  • Une autre fois, alors que je la regardait a ma fenetre , un Russe sortit d'une epicerie de l'autre cote de la rue avec un butin dans les mains. Un commissaire l'a vu, ne lui a jamais parle, a juste sorti son pistolet et l'a tue sur le coup. Cependant, d'autres fois encore, on voyait des soldats russes, principalement d'origine asiatique ( avec des traits mogols ) qui tremblaient sur des bicyclettes, qui visiblement apprennaient a les conduire, sans deranger quiconque et sans que personne n'intervienne.

Ernest Blaschke

Ernest est membre du MEMORIES commite des anciens. Vous pouvez clicker ici pour lui ecrire.


Stories Map Food ELDERS