Lien vers la version anglaise
Deutsche version hier

L'histoire de l'eleve de Potsdam

La fin de la guerre - Plus jamais de guerre ?

Mais que feront les vainqueurs des vaincus ??

Photographie de Heinz enfant "Vite Vite" crie un homme vetu d'un uniforme americain (Comment en est il arrive a parler allemand ?) "On a besoin du hall pour les personnes blessees ! Remballez vos affaires et partez d'ici ! " Ainsi commencait la premiere matinee de paix pour nous - mon frere, ma soeur de 18 ans et moi meme - un garcon de 8 ans eleve d'une ecole de Potsdam, pres de Berlin.

Le plancher de la salle de bal d'un petit village hote pres de la riviere d'Elbe ( Allemagne de l'Ouest ) avait ete completement recouvert de paille. Sur ce plancher, des gens, vieux et jeunes, etaient allonges en rang serres. Il y avait beaucoup d'enfants. c'etait des refugies d'Allemagne de l'Est. Certains etaient en deplacement constant depuis 4 mois ( depuis janvier 1945 ). Ils fuyaient le front qui se rapprochait continuellement, fuyaient les Russes, l'armee rouge. La peur qui les guidait etait inscrite sur leur visages qui temoignaient d'une tension et d'un stress indescriptibles.

Cette peur etait le resultat d'un horrible melange provenant des histoires horribles des nazis "Maintenant, ces creatures sous-humaines viennent pour se venger ! " Tout le monde connaissait les visages laids des bolcheviques - Ils avaient ete dessines presque quotidiennement dans le "Volkische Beobachter" et ils etaient desormais profondement enfouis dans les esprit, particulierement les notres, ceux des enfants. Et il ne fallait pas oublier les horreurs des perpetuelles attaques aeriennes qui avaient lieu la nuit et auxquelles on avait echappe. Pire meme, il y avait les comptes rendus des temoins qui se trouvaient parmi les refugies et qui avaient vu des choses, certains d'entre eux avaient echappe aux Russes plusieurs fois et avaient perdu tous les membres de leur famille dans l'aventure. Il y avait ceux qui avaient du regarder comme les autres, principalement des femmes et des enfants, qui ont paye de leur vie les horreurs que les nazis ont perpetres parmi les gens d'Europe de l'Est. Il y avait les soldats allemands qui fuyaient, souvent pour de bonnes raisons, la prison russe : Toutes les divisions de Panzer SS se ruaient vers l ouest, en esperant que les americains s'uniraient avec eux pour repousser une fois encore les russes hors d'Allemagne.

Et , maintenant, aujourd'hui, nous n'avons plus a craindre a nouveau. Nous etions heureux, finalement arrives dans un pays paisible , a l'ouest de l'Elbe, avec les Americains.

C etait le 2eme ou 3eme jour de Mai 1945, encore tres tot le matin, et la guerre n'etait pas encore finie, mais nous etions , tout du moins nous le pensions apres la nuit paisible que nous avions passe, saufs.

Quand les gens qui etaient allonges sur le sol ont realise que l homme qui parlait allemand - bien qu il soit americain - avait ordonne, serieusement, de vider le hall, ils ont rapidement reuni les objets qu ils possedaient encore : une couverture en laine pour dormir la nuit et de la nourriture, provenant principalement des 'iron rations' de l'armee allemande : Choca cola ( fliers chocolate ), les barres aux fruits qui nous avait ete donnees la veille, alors que l'on etait encore du cote russe de la riviere, par de tres jeunes soldats allemands assis dans les tranchees, attendant de maniere evidente leur entree en action. Et des boites de conserve de porc, leur ration journaliere de pain frais dont le carton d'emballage pouvait servir aux soldats de carte postale.

Et avant meme que les derniers refugies n'aient quitte la salle, les chefs-medecins ont penetre dans la piece en portant des brancards et ont depose leur triste chargement sur la paille qui etait encore repandue par terre. Et nous savions tous au meme instant que nous avions deja vu ces corps gemissants taches de sang ... c'etait la veille - Il s'agissait des memes jeunes soldats allemands que nous avions rencontres dans les tranchees de l autre cote de la riviere, sans aucun doute des membres des jeunesses hitleriennes, qui avaient ete pousses a revetir l uniforme et ete envoyes combattre les russes pour gagner simplement 1 ou 2 jours pendant lesquels les soldats allemands fuyant le front parviendraient a etre captures par les Americains. C'est pourquoi ils risquaient leurs vies Et maintenant, ces laisses pour compte se retrouvaient dans notre abri.

Heinz Barthel
17th August, 1997

Heinz a aussi ecrit une autre histoire sur cette periode :