Lien vers la version anglaise.

L'histoire d'Helene

Quand on manque de tout, il faut se debrouiller!

Photographie d'Helene en 1943 Durant la guerre, nous manquions de tout. Pour se nourrir, se vetir, se deplacer, se chauffer, fumer, les marchandises rationnees etaient loin de suffire. Chacun inventait donc, avec les moyens du bord, mille facons de remplacer ce que les soldats allemands, avec les indemnites de guerre, avaient rafle des les premiers mois de l'occupation.

Commencons par la farine : un ami agriculteur nous cedait du ble en cachette; mais il fallait le moudre! Les mineurs polonais, qui travaillaient dans le nord depuis une vingtaine d'annees, avaient l'habitude des situations precaires dues aux guerres et aux invasions. Ils nous ont communique beaucoup de recettes pratiques : comment adapter une machine a laver le linge en moulin a farine par exemple.

Ils savaient egalement faire du savon, denree precieuse et que les 'erzats' du commerce (un "savon" flottant a base d'argile n'etant meme pas capable de mousser) ne pouvaient remplacer. Or sans savon, pas de proprete, et sans proprete, la gale ou toutes sortes de vermine s'attaquent aux personnes deja affaiblies par les privations. La recette etait simple : prenez un corps gras (saindoux, margarine voire peau de lapin) melangez a de la soude caustique, ajoutez de la resine (pour durcir), "parfumez" (s'il vous reste de l'eau de Cologne) et moulez en forme de savonette.

Dans les hopitaux, ou le savon est indispensable, les chirurgiens n'hesitaient pas a prelever sur des malades (durant une operation de l'appendicite par exemple) l'exces de graisse dont ils etaient porteurs. Au reveil, plus d'appendice et, curieusement, plus de bedaine!

Pour les fumeurs, manquer de tabac est un drame. Chacun essayait de remplacer l'herbe a nivot en faisant secher toutes sortes de feuilles et vegetaux : rhubarbe, barbe de mais, verdures diverses hachees menues et "parfumees", sans obtenir autrechose qu'une desesperante fumee acre incapable de procurer le moindre plaisir.

Pour remplacer le cafe, il fallait griller de l'orge, de l'avoine, de la graine de lupin... Heureusement, grace a nos amis agriculteurs, nous n'avons jamais manque de lait.

Avec des outils d'ecolier (mon mari etait directeur d'ecole) et la creme du lait on pouvait, en quelques minutes, obtenir son petit morceau de beurre au lieu d'agiter une bouteille durant des heures... Il suffisait d'avoir un pot a lait (cylindrique) plein de creme et le couvercle circulaire d'une boite de craies (s'adaptant parfaitement au pot a lait) perce de trous et attache a une regle. On n'avait plus qu'a faire passer la creme a travers les trous pendant quelques minutes pour obtenir du beurre!

Comment rouler en velo sans pneux ni chambre a air? Les mineurs polonais savaient fabriquer des bandages pleins a base de tapis roulant de cahoutchouc derobes au fond de la mine. Avec un velo, on peut aller dans les champs, cultiver de la luzerne, la rapporter dans une petite charette et nourir jusqu'a 50 lapins!

Helene Delattre
17 Juillet 1997

Helene a ecrit d'autres histoires a propos de cette periode :

Cette histoire a ete tapee par son petit-fils Alexandre.
Vous pouvez poser des questions a Helene si vous clickez ici pour ecrire a Alexandre.


Stories Map Food ELDERS