Deutsche version hier
English version here

L'histoire d'ingeborg

Les années de disette

Ingeburg's story of the hunger years in Germany - 1945/1950 Quand la guerre s'acheva le 8 mai 1945, j'avais seulement 19 ans. D'avril 1943 a mai 1944, comme la plupart des filles a cette époque, je devais faire l' "Arbeitsdienst " (le service du travail) ainsi que le service d'urgence de guerre. Apres cela, de juillet 1944 a mai 1945 j'ai été professeur dans une maison pour enfants difficiles. Il n'y avait aucune opportunité pour moi de recevoir une meilleure éducation.

En avril 1945 Leipzig était occupée par les américains et en juillet 1945 par l'armée russe, et l'époque de la grande faim commenca. En été, ma sœur (elle avait 25 ans) et moi travaillions chez un maraicher. Nous ne voulions pas aider les russes a démanteler les companies industrielles pour les envoyer en Russie.

Beaucoup de réfugiés venaient chez nous a cette époque. Ils étaient installés dans des halls ou des restaurants. Les meres essayaient d'obtenir de la nourriture supplémentaire pour leur enfants, souvent nombreux, car les rations ne leur suffisaient pas. Je me souviens qu'un jour une mere et ses trois enfants sont venus chez le maraicher et ont demandé des légumes. Elle voulait payer mais le jardinier obtus lui demanda ce qu'elle voulait faire car elle n'avait pas assez de liquide. Sa réponse fut : " Alors je dois voler, je ne peux pas laisser mes enfants mourir de faim ". Jusqu'à ce jour je ne l'ai pas oubliée.

La maison de ma mere possédait un grand jardin. La surface toute entiere - 2200 m² - servait a cultiver des patates et des légumes. Cette récolte était stockée dans la cave ou préservée. Une fois, durant l'automne 1945, j'ai travaillé avec ma sœur dans un champ de pois. Apres le travail, chacun pouvait emporter un sac de pois a la maison. Naturellement, ma sœur et moi allions aux champs pour " stoppeln " (glaner) des patates et des betteraves a sucre. Tout le monde connaissait la signification du terme " stoppeln " a cette époque. Cela voulait dire que dans un champ apres la recolte il resterait quelques patates ou betteraves a ramasser. C'était un travail pénible, étant donné que les fermiers s'assuraient qu'il en reste aussi peu que possible. Les petites tranches de betteraves a sucre étaient cuisinées dans le chaudron de la maison de lavage pour fabriquer du sirop, et ceci devait etre remué pendant de longues heures. Le sirop une fois terminé était versé dans des pots de pierre et servait a remplacer l'approvisionnement insuffisant en sucre.

A la fin de 1945 je fus en mesure de satisfaire quelque peu mes aspirations en terme de carriere. Je postulai pour un travail de " nouveau professeur ". Ces nouveaux professeurs étaient employés dans la zone soviétique pour remplacer les professeurs ayant été des National Socialists actifs. Durant la moitié de notre temps de travail, nous donnions des instructions, l'autre moitié étant consacrée aux études. Je conduisais également les éleves dans les villages de la périphérie de Leipzig pour glaner des patates, des betteraves et des carottes ou pour ramasser des pommes sous les arbres des routes de campagne. Ceci et d'autres aliments servaient a la préparation de " délicieux plats " dans la cuisine scolaire. Par exemple, de fausses saucisses au foie - sans viande mais avec beaucoup de marjolaine - ou des tranches de citrouille grillées transformées en cotelettes.

Je me souviens également que durant les années 1945 a 1947 il y avait souvent des pannes de courant et nous devions nous éclairer a la chandelle les soirs. Quelquefois aussi, nous nous asseyions dans l'obscurité totale et ma mere nous racontait le début de sa vie, en Russie. Elle était russo-allemande. A Omsk, ou sa famille vivait en 1904, elle rencontra notre pere. Il travaillait comme ingénieur allemand a Riga et St Petersbourg et durant la premiere guerre mondiale il était interné a Omsk.

En 1918 il fut autorisé, ainsi que ma mere, d'autres personnes internées et des prisonniers de guerre, a rentrer en Allemagne. Il acheta une maison et une parcelle de terrain a Wiederitzsch ou je vis encore actuellement.

Que m'est-il arrivé ensuite ? Ma formation de professeur dura 10 années en tout. Apres quoi s'ensuivit une période de cinq ans d'apprentissage par correspondance a l'université de formation des professeurs de Potsdam, qui se termina par l'examen d'état pour devenir professeur en allemand/littérature. Jusqu'à ma retraite, j'ai toujours enseigné. Ma joie d'apprendre est toujours restée forte jusqu'à aujourd'hui et je suis maintenant contente d'etre un étudiant en derniere année a l'université de Leipzig.

Ingeborg Faust, née Wittich
6 Octobre 2000

Vous pouvez poser des questions a Ingeborg en cliquant ici pour lui écrire


Stories Map Food ELDERS