Deutsche version hier
English version here

L'histoire de mary

Une infirmiere sous les bombes

Je travaillais a Londres et je me souviens de 24 heures particulierement dures. J'étais a County Hall, a l'opposé des Maisons du Parlement et je venais d'emmener des enfants handicapés sur la cote. Je vivais dans la Cour des Ducs dans un appartement. Il n'y avait pas d'abris anti-raids dans la maison et nous nous asseyions habituellement sous la table de la cuisine quand les bombardiers étaient proches.

Durant la journée nous ne nous préoccupions pas des sirenes mais quand elles retentissaient cela signifiait "danger imminent" et alors nous nous abritions. Un soir nous avons eu une alerte au raid aérien et plus tard cette nuit la j'entendis des sifflements - cela signifiait s'habiller et se cacher a nouveau sous la table - mais nous étions tres gais et habitués a cela. Nous entendions tous les pistolets ack-ack dans Hyde Park et Kensington Gardens et quand je regardai dehors je vis que les projecteurs avaient repéré un bombardier juste au-dessus du barrage de montgolfiere qui recouvrait tout Londres durant ces années.

Soudain un garde frappa a notre porte et nous dit de sortir rapidement - nous avons pris la chose sans nous inquiéter, bien que je n'étais pas completement habillée je me mis a courir, encore en pantoufles, a l'abri souterrain du Hall d'Expositon de la Cour des Ducs. Il se trouvait 40 pieds sous terre et était assez sur a moins de subir une frappe directe, et je rejoignai les 200 personnes ou presque qui s'y trouvaient déja. Il y avait beaucoup de discussions et les chansons habituelles (les vrais cockneys londoniens aimaient toujours chanter durant les raids aériens - on pouvait toujours compter sur eux pour rester joyeux).

J'avais insisté pour enfiler mes habits d'infirmiere pour pouvoir aider au besoin, mais j'avais encore mes pantoufles. Le matin on nous dit de ne pas rentrer chez nous car des " Bombes a Huile " étaient tombées dans la zone, alors j'empruntai les chaussures de la propriétaire - c'était une pointure trop petite mais au moins j'avais l'air respectable.

Ce jour la il n'y eut pas moins de sept " dangers imminents ", chacun d'eux signifiant pour moi devoir descendre en courant 3 volées d'escaliers et rentrer dans l'abri souterrain a chaque fois, toujours dans ces chaussures beaucoup trop petites. A la fin de la journée mes pieds me faisaient horriblement mal!

Heureusement j'étais préparée a cela et j'avais toujours dans ma veste un peu d'argent au cas ou, alors je me précipitai dehors et j'achetai une paire de chaussures.

On ne nous a jamais permis de revivre dans l'appartement de Warwick Road a cause des Bombes a Huile de l'apres-midi. On m'autorisa a y récupérer quelques affaires.

Mary Langley
Royal Leamington Spa
Avril 1995

Mary a écrit d'autres histoire sur cette période:


Stories Map Food ELDERS