English version here
German version here

L'histoire de Nandita

Calcutta Aout 1945

En 1945, je vivais a Calcutta ou l'on faisait la guerre face au front Japonais. Nous etions conscients que la guerre en Europe etait terminee, mais elle n'etait pas encore finie pour nous. Calcutta etait l'endroit d'ou les Chindits lancerent leurs operations Burma - la ville etait remplie de soldats - force immense provenant de toutes les nations --- Polonais, Russes blancs, Americains, Britanniques et bien sur l'enorme Armee Indienne. Nous avions 2.000.000 soldats armes. De nombreuses forces aeriennes opererent des sorties contre le Japon au-dessus de la ''bosse de la Chine''. C'est egalement la qu'en 1943, trois millions d'Indiens affames vinrent mourir - la plupart d'entre eux sur nos trottoirs. Je passais devant les corps sur le chemin des colleges. Ce n'est pas quelque chose que l'on oublie facilement. Il etait attendu de nous tous de rapporter suffisamment de rations seches pour cuisiner et nourrir les familles - 700 personnes chaque jours.

 

Eduquee dans le prive, j'avais passe et obtenu mon 'Matric' a 14 ans et j'avais alors 16 ans. Je portais un sari au college et je me prenais deja pour une jeune femme. Mon grand-pere et mon pere etaient tous deux journalistes. Mon grand-pere avait lance 'The modern Review' dont U Thant, premier Secretaire General des Nations Unies dit des annees plus tart qu'il ''represente veritablement la voix de la liberte.''

 

Mon grand-pere etait un reformiste Hindu appartenant au Brahmo Samaj, un movement reformiste social, oppose a tous les charabias religieux. Nous etions certainement une famille fortement politique. Je faisais partie de 7 filles - 4 s?urs et 3 cousines - toutes profondement investies dans la liberation politique et la liberte des femmes. Je suis moi-meme fiere d'avoir trois petites-filles feministes. Pour vous donner un exemple, nous n'etions nullement amoureuse du hero de guerre qu'etait Churchill. Maintenant que leur correspondance n'est plus classifiee nous apprenons que notre point de vue sur la position de Churchill concernant la famine du Bengale, etait partage par Wavell, vice-roi de l'epoque et egalement par le futur vice-roi Montbatten.

 

L'evenement qui m'a le plus profondement marquee est la bombe Hiroshima. Ce jour-la un tres bon ami de la famille, qui etait americain - Harold Leventhal, auteur et impressario - nous rendit visite et recu notre mepris et l'outrage que nous ressentions. Harold lui-meme etait de gauche mais n'eut pas la possibilite de defendre son point de vue. Il battit rapidement en retraite et croisant dans l'escalier un officier de la Royal Air Force lui lanca 'He - N'y allez pas - c'est dangereux.' 'Pas de probleme, mon vieux' fut la reponse. 'Y a pas de danger pour moi - j'suis pas americain.'

 

Je ressentais tant de sentiments contradictoires concernant la fin de la guerre contre le Japon. Nous etions tous soulages et jubilions bien sur, mais cela voulait dire egalement que le monde tel que nous le connaissions - des uniformes partout, des avions decollant, de bons amis de nationalites differentes-allait completement disparaitre. Plus de guerre, plus de bruit, mais aussi moins d'amis cosmopolites. Harold partit - nous l' accompagnerent a la gare et je me souviens avoir fait la remarque : 'Harold Leventhal part : cela veux dire que la guerre est bel et bien terminee.'

 

Cette journee-la, les rues etaiten remplies de camions pleins de forces alliees et de leurs amis qui klaxonnaient comme des fous en conduisant. Nous etions un petit groupe de jeunes a nous entasser dans un tram pour traverser et retraverser le pont Howrah hurlant de joie et criant des encouragements a tout venant, Les gens qui faisaient du marche noir etaient les seuls a ne pas etre heureux. Ils avaient profite de l'extraordinaire richesse des marchandises livrees par bateaux pour nourrir les troupes americaines.

 

Je me souviens qu'un americain sympathique avait donne a ma mere une boite de carottes de 5kg. Nous ne l'avons jamais ouverte - en fait a peu pres dix ans plus tard, elle s'est ouverte toute seule avec un bruit horrible de succion explosive.

 

C'est ainsi que la guerre s'acheva, non pas avec un boum mais avec un plouf.

Nandita Sen
Hyderabad - Janvier 2005


Stories Map Food ELDERS