Deutsche version hier.
English version here.

L'histoire de Werner

L'arrivée des britanniques avec des cornemuses - ma premiere rencontre

Photograph of young Werner Mon premier contact avec les britanniques fut en quelque sorte amusant. Bien sur, cela se passa apres 1945, apres que la guerre ait fini quelques jours apres mon 11eme anniversaire. En venant des périphéries de Berlin, nous avions été chanceux d'échapper aux russes - quelques heures seulement, avant qu'ils ne finissent d'encercler Berlin - et cette fuite fut réussie grace au car du - horrible a dire - "Waffen SS", qui par chance avait recu l'ordre d'emmener les femmes et les enfants hors de la zone de danger.

Ainsi nous sommes allés a Schleswig-Holstein, la partie de l' Allemagne la plus au nord, ou nous sommes restés pour peut-etre une semaine dans une auberge, attendant de voir ce qui nous arriverait, pendant que nos conducteurs étaient occupés a chercher des habits de civils et a retirer le "SS" du numéro du bus, en le remplacant a l'aide de noir et de blanc par un Berlinien. Des drapeaux blancs dépassaient des fenetres pour prevenir la rencontre avec les britanniques.(Cette exposition de drapeaux blancs aurait été extremement dangereuse seulement quelques jours auparavant, car les SS descendaient ou pendaient tous ceux qui montraient des signes de reddition).

Et puis je les vis. Ce qui me frappa en premier fut le bruit de leurs cornemuses. Etant habitué a la musique de marche allemande, je n'avais jamais rien vu d'autre que des groupes avecs des trompettes, des trombones
et de grands tambours. Et maintenant des cornemuses…Mais ce qui me frappa le plus fut les habits: ils portaient - comme je les aurais appelé alors - des jupes! Des soldats en jupes: incroyable! Bon, bien que ne connaissant pas le mot "kilt" j'avais deja entendu que les écossais portaient des choses comme ca, mais dans une armée…? C'était en quelque sorte une image nonmilitaire, et ainsi ma premiere impression des britanniques fut tres symbolique: ils étaient ceux qui nous apportaient la paix, vraiment!

Et ensuite les premiers "vrais" soldats. Ils avaient des fusils a barils jumeaux, alors que le Gewehre allemand avait seulement un baril: apparemment mieux équipés, et, bien sur, c'était pour cela qu'ils avaient gagné la guerre!

D'autres impressions: En continuant avec notre car (aucune idée oú le chauffeur avait obtenu un permis de se déplacer) nous cachames dans celui-ci deux garcons de 17 ou 18 ans qui avaient déserté de la marine allemande pour éviter de devenir prisonniers de guerre, mais portant maintenant des chemises de civils et ayant coupé leurs pantalons pour en faire des shorts afin de paraitre plus jeunes. Et juste a ce moment-la, pendant la nuit, nous arrivames a un point de controle. Ces deux la faisaient semblant de dormir. L'officier britannique, marchant a l'intérieur du bus, toucha les cheveux de l'un d'entre eux et, apres une longue, longue seconde d'attente et avec un soupir inaudible de soulagement nous avons entendu: "gentil garcon".

Nous nous sommes alors arretés dans une ferme a 30 kilometres d'Hanover, et alors qu'une des vaches était sur le point de donner naissance a un veau. Normalement il n'y aurait eu aucun probleme, mais que faire alors que nous étions obligés d'appeler un vétérinaire? Les veaux naissent d'habitude durant la nuit, mais il était interdit de quitter la maison dans le noir, et les controles étaient stricts. Les adultes discuterent de ce qu'ils devraient expliquer a la patrouille, de comment traduire la phrase simple "Wir bekommen ein Kalb", et ils arriverent a la conclusion qu'ils devraient dire: "We become a calf..."

Des années plus tard, lorsque j'eus 16-17 ans, il y eut deux institutions qui nous ont vraiment aidé (moi tout du moins) a comprendre la democratie et a apprendre en quoi consiste une culture ouverte et libre: le "Brücke" britannique (le "pont") et l' "Amerikahaus" des Etats-Unis. Ils furent vraiment des ponts entre différentes manieres de penser, qui nous aiderent sur la route vers un pays libre et démocratique.

Werner Toporski
Biberach, Allemagne

Werner a écrit une autre histoire:


Stories Map Food ELDERS